Un signal fort malgré le rejet

L’initiative Stop Mitage n’a pas été gagnée, mais la campagne engagée a jeté les bases d’un meilleur aménagement du territoire.

 

L’initiative contre l’étalement urbain a été rejetée aujourd’hui. Néanmoins, c’est un signal positif à long terme. 36% des votants ont répondu par l’affirmative à la préoccupation selon laquelle les zones à bâtir ne devraient pas pouvoir continuer à croître et que le sol et le paysage devraient être préservés pour les générations futures. C’est un résultat honorable. Compte tenu du très faible soutien du Parlement et de la grosse campagne contre du Conseil fédéral, il en résulte un signal fort en faveur d’un aménagement du territoire durable. En ce qui concerne la deuxième révision de la LAT, cela signifie que l’opposition à l’assouplissement des constructions hors zones à bâtir est bien présente.

 

Les initiants prennent au mot les opposants en ce qui concerne les affirmations faites lors de la campagne selon lesquelles la loi existante serait suffisante. L’étalement urbain n’est pas stoppé, c’est pourquoi la nécessité d’agir deviendra chaque année plus évidente. Ce n’est donc qu’une question de temps avant que la demande de l’initiative ne soit remise sur la table.

 

L’Alliance de campagne a mis à l’ordre du jour une problématique évidente, mais contre laquelle la plupart des partis hésitent à prendre des mesures efficaces. Le problème de l’étalement urbain, cependant, ne peut plus être négligé. Une grande partie de la population l’a reconnu. À l’avenir, l’opposition locale augmentera à chaque nouveau zonage. L’idée que le sol ne peut s’étendre prévaudra. L’initiative Stop Mitage a jeté des bases importantes à cet égard.