Stopper le mitage du territoire© Marco Knobel

Toutes les 45 minutes, une maison familiale est construite. Chaque jour, l’équivalent de 15 terrains de football en surface verte est victime du bétonnage désordonné. Le mitage du territoire augmente sans retenue, car même dans la loi sur l’aménagement du territoire, aucune mesure efficace n’y est mentionnée. Dans les dernières 50 années en Suisse, on a monopolisé autant de surface à des fins d’urbanisation que depuis la sédentarisation de l’Homme jusqu’au milieu du 20ième siècle. Autrement dit, le mitage du territoire a augmenté de 155% entre 1935 et 2012, alors que la population résidente pour cette même période n’a progressé que de 76%. Plusieurs raisons en sont la cause :

  • En 1980, une personne ne revendiquait en moyenne que 34m2 de surface habitable. De nos jours, il faut en compter plus de 45m2.
  • Aujourd’hui en Suisse, la surface totale nécessaire requise par personne s’élève en moyenne à 223m2. Cependant, il peut en être autrement, comme le démontre le canton de Bâle, où la surface moyenne requise est de 138m2 par personne.
  • La tendance aux vastes constructions industrielles d’un étage contribue aussi à la consommation de terrain de manière disproportionnée.

Le problème du mitage du territoire dépasse la simple perte des terres agricoles, car où et comment nous vivons, engendrent des répercussions sur de nombreux aspects de notre vie.

  • Des voies de communication plus longues, provoquant donc encore plus de circulation.
  • Dû à une faible densité démographique, conséquence logique du mitage du territoire, un réseau de transports publics jusque-là dense et rapproché n’est plus rentable. Les gens se rabattent sur la voiture, ce qui déclenche encore plus de circulation.
  • La vie de village recherchée s’avère être une illusion dans beaucoup d’agglomérations. Elles sont très anonymes, le point de rencontre des gens reste la ville. Bien que les gens y vivent, ils n’y sont (presque) pas ancrés socialement.

Les conséquences sociales et écologiques du mitage du territoire sont alarmantes. Un nouveau projet de vie est indispensable !

 

Le mitage du territoire
Créer des espaces communs ensemble !© Marco Knobel

Une politique d’implantation habile, qui donne forme et vie aux agglomérations, est un moyen important contre le mitage du territoire. Oui, l’urbanisation des agglomérations apporte beaucoup d’avantages. Habiter en ville signifie : faire les courses à pied, jouir d’un réseau de transports publics dense et rapproché, emprunter des trajets plus courts pour se rendre au travail, bénéficier des écoles et des jardins d’enfants du quartier, ainsi que de son parc avec sa place de jeu géniale et bien plus encore.

 

La densification à l’intérieur du bâti apporte des avantages essentiels. Cela peut, soit se dérouler comme dans les années 70 : des buildings côte à côte, du matériel de construction de mauvaise qualité, et pas particulièrement esthétique, ou alors cela peut se faire au goût du jour. Dans les quartiers communautaires modernes, les gens partagent un parc de quartier commun, et voire même un jardin de quartier commun. Il y a des salles communes, où l’on peut par exemple fêter un anniversaire et des ateliers communs, pour éviter que chacun doive acheter sa propre perceuse. Le quartier possède même son propre restaurant : les enfants peuvent y déjeuner quand les deux parents travaillent et le soir venu, les gens du quartier s’y rencontrent autour d’un verre. Si le quartier est intelligemment organisé, il y a aussi de la place pour des activités commerciales, comme par exemple un plombier, un bureau d’informatique ou un salon de coiffure. Bien évidemment, la crèche et l’épicerie sont aussi prévues dans la planification, et l’on pourrait même envisager un magasin de denrées alimentaires qui aurait des contrats directs avec les exploitations agricoles.

 

Différentes agglomérations, qui appliquent déjà cette façon de vivre, prouvent qu’il ne s’agit là pas uniquement d’une utopie, comme par exemple, la maison intergénérationnelle au parc d’Eulach à Winterthur ( Mehr-Generationen-Haus am Eulachpark ). Celui qui, a déjà visité un tel quartier, et qui a parlé avec les gens, s’en est bien rendu compte : la vie de village y est restée intacte, on a l’impression d’être au milieu de la verdure, et pourtant on se situe ici en pleine ville.Les quartiers durables

 

Sauvegarder la nature !© carperenato – Flickr.com