Dépôt de l’initiative « contre le mitage »

Avec plus de 135’000 signatures, le Comité de l’initiative populaire fédérale « Stop mitage » envoie un signal fort au gouvernement. Étant donné que la loi sur l’aménagement du territoire n’arrête pas le mitage, les initiants demandent enfin la mise en oeuvre de mesures protectrices des terrains non bâtis. Cette préoccupation est symboliquement représentée par une écologisation de la Place fédérale.

 

Une oasis verte, au milieu de la Place fédérale. Cette image a été réalisée aujourd’hui devant le Palais fédéral. Les initiants de l’initiative populaire fédérale « Stopper l’étalement urbain, pour un habitat durable » (initiative « stop mitage ») ont ainsi déballé un tapis de gazon de plus de 250m2 sur le macadam. En outre, ils ont planté des arbustes et des jeunes arbres dans le nouveau parc de la ville. « Avec cette action, nous voulons sensibiliser les décideurs politiques à la nécessité de se rapprocher de la nature. Les terrains non bâtis sont précieux tant pour les terres agricoles que pour les loisirs de la population » commente Judith Schmutz, Co-présidente des Jeunes Vert-e-s suisses, lors de la présentation de l’initiative.

 

 

Après cette action, les initiants ont présenté les signatures à la Chancellerie fédérale. Des plus de 135’000 signatures récoltées, 96’000 l’ont été par les Jeunes Vert-e-s. « Jamais un parti de jeunes n’a récolté, par lui-même, autant de signatures pour une initiative. Avec seulement 2’000 membres, c’est une énorme performance » renchérit Luzian Franzini, Co-président des Jeunes Vert-e-s suisses. Ensuite, l’initiative a été soutenue par les Verts, l’Initative des Alpes, Habitat Durable Suisse, Pro Vélo Suisse, Mountain Wilderness, actif-trafiC, Redémarrer la Suisse, Jeunes Socialistes, Jeunes Évangéliques, fossil-free.ch, Mobilité piétonne Suisse, Décroissance Bern et DANACH.

 

L’initiative comprend deux principales revendications. Tout zonage pour les nouvelles construction doit être compensé ailleurs par un dézonage. En revanche, il faut de meilleures conditions cadre pour les quartiers durables et le développement de ceux-ci. Ainsi, des espaces de vie peuvent être bâtis pour une population croissante, sans procéder au mitage continu du territoire. Avec les quartiers durables, cette initiative s’appuie sur un principe qu consiste à rapprocher les lieux de vie et de travail au même endroit, avec des structures à petite échelle et des distances parcourues plus courtes. En outre, cette forme de logement favorise la mixité sociale, mais également le dynamisme de la vie de quartier.

 

L’urgence d’une telle initiative a été confirmée à plusieurs reprises : l’Office fédéral de la statistique, dans son rapport de mars 2015 intitulé «L’utilisation des sols en Suisse – évaluation et analyse», constate que chaque seconde plus d’un mètre carré de surface agricole est perdu, principalement en raison de la croissance de l’étalement urbain. En outre, la Commission de gestion du Conseil national a écrit, dans son rapport sur la sécurité des terres cultivables du 20 novembre 2015, que « la législation fédérale actuelle protège insuffisamment les terres cultivables ». La même année, la deuxième étape de la révision de la Loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT) à l’horizon 2020 a été édulcorée et débarrassée de tout l’aspect relatif à la protection des terres cultivables. L’initiative sur le mitage du territoire se concentre sur ces points, propose des solutions et amène la question sur le devant de la scène politique.