125’000 signatures contre l’étalement urbain

Le comité de l’initiative contre le mitage du territoire se réjouit des 125’000 signatures recueillies contre l’étalement urbain et se prépare à la suite de la campagne. Aujourd’hui, une surface équivalente à huit terrains de football est encore construite chaque jour en Suisse. Avec plus de 90’000 signatures récoltées, ce sont les Jeunes Verts qui ont le plus largement contribué au succès de cette première étape.

 

Les signatures nécessaires au dépôt de l’initiative populaire fédérale « Stopper le mitage – pour un développement durable du milieu bâti (initiative contre le mitage) » ont été recueillies avec succès. « Des gens d’horizons politiques très variés ont décidé de soutenir l’initiative. L’étalement urbain est une grande préoccupation pour la population suisse. » C’est ainsi que Ilias Panchard, coprésident des Jeunes Verts, résume la collecte de signatures qui vient de s’achever. Ce succès relève toutefois d’un réel tour de force et c’est uniquement l’énorme engagement bénévole dont l’initiative a bénéficié qui a rendu cette victoire possible. C’est ainsi par exemple à 50 membres des Jeunes Verts seulement qu’on doit plus de la moitié des signatures recueillies. Pour que l’initiative puisse être déposée auprès de la Chancellerie fédérale le 21 octobre prochain, les signatures doivent encore être contrôlées par les différentes autorités communales concernées. Il est donc primordial que toutes les signatures recueillies soient transmises au comité dans les meilleurs délais.

 

L’initiative contre l’étalement urbain constitue la base d’un vivre ensemble à la fois respectueux de l’environnement et solidaire. En soutenant la construction de quartiers durables, l’initiative souhaite permettre à la population suisse de vivre et travailler au même endroit. Les structures à petite échelle permettent en effet de raccourcir les trajets et de créer des quartiers plus vivants et dynamiques. Afin d’encourager la création de quartiers durables, l’initiative propose notamment d’assouplir les conditions nécessaires à leur construction, en levant par exemple l’obligation actuelle d’y aménager des places de stationnement. Il serait également possible de construire un quartier durable sur n’importe quelle zone à bâtir, sans qu’il s’agisse obligatoirement d’une zone à affectation particulière, comme c’est le cas aujourd’hui.

 

Pour mettre fin à l’étalement urbain, l’initiative propose également de compenser la création de nouvelles zones à bâtir par le dézonage d’une surface équivalente. Cette mesure permettra d’inciter les propriétaires de zones à bâtir à aménager leurs terrains de manière efficace, sans qu’il soit nécessaire de nuire à la nature et aux terres agricoles pour créer de nouveaux logements. Selon les projections actuelles, les zones à bâtir existantes sont en effet suffisantes pour absorber la croissance démographique à venir – et ce même sans devoir construire de tours. Cependant, il est pour le comité d’initiative aujourd’hui essentiel de rendre la densification du milieu bâti possible, notamment en élevant les bâtiments qui s’y prêtent d’un ou de deux étages. Pour Andreas Lustenberger, président de l’initiative, « il est aujourd’hui absolument nécessaire d’encourager la création de nouveaux logements à l’intérieur même des centres afin de freiner rapidement l’apparition de nouvelles constructions en campagne. » Enfin, relevons que l’immigration joue pour l’étalement un rôle bien moins important que la modification de nos habitudes. En effet, la demande de logements a augmenté une fois et demie plus vite que la population durant ces quarante dernières années1.

 

L’initiative contre le mitage est soutenue par les Verts, Redémarrer la Suisse, la Jeunesse Socialiste Suisse, l’Initiative des Alpes, actif-trafiC, la jeune parti évangélique, HabitatDurable Suisse, mountain wilderness, Pro Velo Suisse, fossile-free.ch, Mobilité piétonne Suisse, Décroissance Berne et DANACH. Le parrainage principal ainsi que la direction de la campagne sont assurés par les Jeunes Verts.

 

1 Office fédéral de la statistique. (2015). L’utilisation du sol en Suisse: exploitations et analyses